mardi 8 novembre 2016

Eyewitness : une romance gay bien cadrée sur fond de thriller inégal


Quelques semaines après vous avoir fait découvrir son coup de cœur série avec le phénomène « This Is Us », The Melting POP est de retour avec un tout nouveau show. Fatigué des éternels triangles amoureux, des couples sous tension vus et revus ? Ça tombe bien, la série qu’on vous propose aujourd’hui, change la donne en mettant en tête d’affiche, l’histoire d’amour compliqué de deux jeunes garçons qui en plus de devoir gérer leurs sentiments naissants, vont devoir faire face à des problèmes qu’ils auraient préféré éviter ! 

James Paxton et Tyler Young incarnent Lukas et Philip, les protagonistes principaux de "Eyewitness"

« Eyewitness », c’est le nom de la série qu’on vous évoquait dans l’introduction. Lancé mi-octobre sur la chaîne câblée USA Network, ce petit hybride télévisuel est l’adaptation américaine d’une mini-série norvégienne appelée « Øyevitne », traduite en français sous le nom « Témoin sous Silence ». Acclamée par la critique, la version norvégienne qui a eu les honneurs d’une diffusion sur Arte en France et en Allemagne a donc été rachetée par les studios américains. Évidemment, le remake est beaucoup moins pointilleux que l’original, mais pour souligner la jolie prise de risque de mettre en vedette deux personnages homosexuels sans en faire des clichés ambulants on a décidé de vous en toucher quelques mots. 

Dans sa version US, « Eyewitness » suit le quotidien tourmenté de Philip et Lukas deux adolescents épris l’un de l’autre qui vont, alors qu’ils sont sur le point de faire l’amour, assister à une tuerie qui va bousculer non seulement leur propre quotidien, mais également celui de la petite ville dans laquelle ils vivent. De fait, si Philip assume totalement sa sexualité, Lukas a quant à lui, un peu plus de mal à savoir ce qu’il veut. Hors de question, donc pour ces deux garçons qui sont supposés se détester, de parler à la police de ce qu’ils ont vu. Hélas, le silence des deux adolescents va entraîner avec lui son lot de rebondissements. Meurtres, mensonges et manigances vont donc le temps de 10 épisodes rythmer la vie des habitants de cette petite bourgade auparavant bien calme. 

Malgré une narration qui tire en longueur - on vous dit ça alors qu’on est à l’épisode 3 -, des rebondissements qui sentent le réchauffé et des coïncidences qui nous donneraient presque envie d’éteindre la télé, « Eyewitness » réussi à retranscrire sans trop de fausses notes, la relation tumultueuse qui lie Philip et Lukas. Interprétés par Tyler Young et James Paxton, deux jeunes acteurs débutants, les deux adolescents vont à mesure que le chaos va prendre d’assaut leur ville, se rapprocher, se blesser et ainsi construire une relation alambiquée qu’on prend plaisir à voir évoluer. Certes on ne passe pas à côté de certains clichés, mais la manière dont la relation des deux jeunes amants est traitée résume et explore de manière relativement juste la difficulté d’être homosexuel dans un milieu rural. Si Philip vit une adolescence tranquille et que sa famille, notamment sa mère qui est shérif de la ville semble accepter la situation, pour Lukas les choses sont beaucoup plus complexes et c’est justement toute cette complexité qui fait la force de la série. Être avec l’être aimé où répondre aux valeurs et aux attentes de sa famille, Lukas va devoir un choix !

En dehors de leur amourette, les deux ados incarnent des personnages classiques. Pour cause, le piège du garçon un brin bourrin et de l’autre, un peu fragile est soigneusement évité. L’Amérique - en s’inspirant de la Norvège rappelons-le – a donc réussi à mettre en tête d’affiche deux personnages homosexuels sans en faire de vulgaires stéréotypes. On applaudit l’effort. 

Loin d’être un chef-d'œuvre, « Eyewitness » aurait probablement gagné à s’éloigner des réflexes faciles d’un thriller classique, mais la prise de risque et le traitement de l’homophobie et des préjugés en milieu rural sans verser dans la compassion larmoyante et les clichés faciles méritaient d’être soulignés. À voir donc, mais s'en trop en attendre ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire