Homophobie : une voix parmi des milliards

Aujourd’hui, sur The Melting POP, je vous propose un article très différent. Ça n’arrive pas souvent, mais j’ai décidé de vous donner mon opinion, de vous écrire une sorte de billet d’humeur sur un sujet qui me révolte: l’homophobie. Pas de musique, pas d’exposition, mais simplement des mots. Je ne tiens pas à éveiller les consciences ou à être moralisateur, j’accepte que certaines de mes idées ne soient pas partagées par tout le monde, que mes comparaisons puissent paraître déplacées pour certains lecteurs, mais c’est ma manière de voir les choses et je tenais à les exprimer. 

Zelimkhan Bakaev


Depuis quelques jours Zelimkhan Bakaev fait actualité à travers le monde. Malheureusement, si le nom de ce chanteur Tchétchène a traversé les frontières, ce n’est pas pour sa musique mais parce qu’il a été torturé à mort dans un camp anti-gay en Tchétchénie. Soupçonné d’être homosexuel, le jeune artiste de 25 ans a, comme de nombreux autres avant lui, succombé à la folie meurtrière et à l’archaïsme d’hommes politiques et d’autres militaires désireux de purger leur territoire de ce qu’ils considèrent officieusement comme un fléau. Officieusement, car officiellement l’homosexualité n’existe pas sur leur territoire. Pire encore, selon une vidéo diffusée sur une chaîne d’état,  Zelimkhan Bakaev ne serait pas mort, il aurait décidé de recommencer sa vie en Allemagne, laissant derrière lui sa famille et sa carrière. Évidemment, la famille du jeune homme remet en cause l’authenticité de cette vidéo et le drame est bien réel. 

Persécution, arrestation, torture, assassinat, c’est ce que vivent depuis plusieurs mois des milliers d’homosexuels en Russie et plus particulièrement en Tchétchénie. Malgré des démentis venant des autorités ou encore de Vladimir Poutine en personne, l’information a circulé et certains rescapés ont même osé témoigner. Des témoignages qui ont poussé plusieurs associations à travers le monde à venir en aide aux victimes de cette barbarie. Hélas, que ce soit en Russie ou dans les autres pays du globe, du côté des plus hautes sphères du pouvoir, personne ne semble s’inquiéter de la situation. Manque de preuves ou volonté de ne pas froisser l’une des plus grosses puissances mondiales, quoi qu’il en soit le sort de ces personnes semble presque insignifiant au regard des autres États. Sous prétexte qu’il existe des frontières, des territoires, les hommes politiques qui sont supposés nous diriger et nous aider à vivre dans un monde meilleur, en laissent d’autres commettre des actes atroces qui vont au-delà de l’entendement. Soyons honnête, l’horrible traite des homosexuels en Russie ou encore dans certains pays d’Afrique et du Moyen-Orient n’est un secret pour personne. Pourtant, au même titre que le conflit Yéménite ou encore l’affaire Weinstein qui était connue de nombreux politiciens avant son coup d’éclat, rare sont ceux qui osent agir. Comme si les problèmes qui survenaient ailleurs n’avaient pas d’importance tant que les enjeux qu’ils soient politiques ou financiers ne nous impactaient pas. Tout le monde savait que Wenstein était un agresseur sexuel mais imaginez le manque à gagner de l’industrie hollywoodienne si le scandale avait éclaté en 1988 plutôt que la semaine dernière. Des centaines de films n’auraient pas été produit et des milliards de dollars auraient volé en fumée. En 2017, la carrière du producteur était presque finie et Hollywood ne perdait plus grand-chose à bannir son producteur phare. C’est une preuve que les voix s’élèvent uniquement quand on veut les entendre. Pour l’homophobie, c’est la même chose. Ici, tous les médias en parlent parce qu’il s’agissait d’un chanteur, les politiques sont eux encore frileux. Cependant, par exemple, si demain un couple de français se fait torturer en Tchétchénie pour homosexualité et que l’un d’eux succombe à ses blessures, la communauté politique internationale s’élèvera contre ce sadisme et cette cruauté. Comme si une vie en valait plus qu’une autre selon sa nationalité, son métier, ou son portefeuille. 

C’est à cause de ce genre de vision du monde que certains continuent d’avoir honte de leur homosexualité, que le suicide est si élevé chez les jeunes homosexuels, que certaines filles refusent de témoigner contre leur agresseur. Tous ces problèmes sont liés car on vit dans une société ou il n’y a aucune égalité entre les hommes. Si certains continuent de cacher leur homosexualité, si certaines refusent de témoigner contre leur violeur, c’est parce qu’ils/elles considèrent que leur voix ne vaut pas la peine d’être entendue. À quoi bon dire à mes parents que je suis gay si c’est pour être renié ? À quoi bon assumer pleinement qui je suis si le moindre soupçon est déjà susceptible de causer ma perte ?À quoi bon dire que l’on m’a violé si la police ne me croit pas ? À quoi bon témoigner contre le plus gros producteur hollywoodien si c’est pour perdre et ruiner ma carrière ? Ce genre de question ne devrait pas se poser. Tout comme une vie ne devrait pas en valoir moins qu’une autre, tout comme on ne devrait pas laisser des gens mourir, souffrir dans des camps anti-gays dont on connait l’existence, dans des pays qui n’ont aucun intérêt politique ou financier, mais la réalité est tout autre alors on laisse des homosexuels se faire torturer, on laisse des femmes se faire agresser et on laisse des familles entières succomber aux atrocités de la guerre. Évidemment, on ne vivra jamais dans un monde utopique, mais si tous les hommes étaient égaux en droit, si chaque voix, chaque vie en valait une autre, on ferait un grand pas en avant ! 

Commentaires

Nombre total de pages vues