Blogging #8 : la liberté d’expression

Et voilà ! Cela devait bien arriver un jour, le mois dernier, je me suis absenté de la rubrique #blogging. À la place, pour bien démarrer le mois, je vous ai présenté une exposition qui réunissait plusieurs galeristes liégeois. Pour être honnête, cette exposition tombait bien car je n’avais, en réalité, pas travaillé mon article. Pour la petite histoire, ça fait plusieurs mois que je prépare un article plus personnel dans cette catégorie du blog, mais je n’arrive pas à trouver les mots justes pour vous le présenter. La preuve, ce mois-ci encore, j’ai reporté l’échéance et je reviens vers vous pour pousser un léger coup de gueule et parler de la liberté d’expression. 

Freedom Of Speech


Comme je vous l’expliquais dans mon article consacré aux propositions de collaboration, quand on est blogueur on reçoit tout et n’importe quoi. Face à ça, on est souvent obligé de faire un choix et c’est même primordial. Certes, The Melting POP est un fourre-tout mais je choisis quand même très méticuleusement les sujets dont je décide de vous parler. Parfois c’est moi qui trouve l’inspiration et qui décide de mettre en avant tel artiste ou tel sujet et d’autres fois, ce sont les sujets qui viennent à moi, parce qu’on m’a contacté sur les réseaux sociaux ou parce qu’on m’a envoyé un mail. Quoi qu’il en soit, quelle que soit la nature du post, je tiens toujours à respecter mon intégrité. Si j’aime un sujet, je le dis, si je n’aime pas je le dis. Comme je vous l’ai déjà expliqué, je suis également étudiant en journalisme et pour moi quand on rédige, que ce soit pour un travail de journaliste ou pour son activité de blogueur, le plus important est d’être honnête envers le public et les lecteurs. Ensuite, libre aux lecteurs d’apprécier ou non l’avis qu’ils viennent de lire. La personne qui rédige un blog, a le droit d’émettre une critique, de choisir les mots qu’il souhaite employer. Ce droit, c’est celui de la liberté d’expression et à partir du moment où on respecte les règles morales qui vont avec ce droit, il ne devrait pas être remis en question. Malheureusement, ce qui me choque, c’est de constater que certaines personnes ne respectent pas du tout ce droit ni cette sincérité. 

Mon blog, mes mots, mes choix 

En 3 ans sur la blogosphère, j’ai traité de nombreux sujets. La plupart du temps, je choisis de parler de choses que j’aime. Cependant, ayant pour ambition de devenir journaliste musical, je fais parfois des critiques d’albums sur le blog. À ce niveau-là, forcément je n’aime pas toujours ce dont je parle. Et quand mon avis est négatif ou nuancé, comme c’était le cas pour le dernier album d’Adèle ou celui de Gwen Stefani, il n’est pas rare que je reçoive sur les réseaux sociaux des insultes ou des critiques qui remettent en cause mon avis. Ayant grandi avec les réseaux sociaux, les haters, ça ne me touche absolument pas. Là où je trouve que c’est plus déplorable, c’est quand des personnes sur qui vous avez écrit un article, ou qui vous ont contacté pour en écrire un, se permettent de (re)venir vers vous en vous demandant de rectifier l’un ou l’autre terme. Dans ce registre, j’ai récemment fait l’expérience d’une artiste qui participait à une exposition. Quand je suis allé visiter cette exposition, le galeriste m’a expliqué le travail de son artiste en me mentionnant plusieurs fois, qu’elle avait 70 ans mais qu’elle avait toujours en elle, ce dynamisme artistique. Quelques jours plus tard, j’ai rédigé mon article et j’ai mentionné dans celui-ci que l’artiste était « septuagénaire ». L’article a été partagé sur les réseaux sociaux, il a bien fonctionné mais pourtant le soir même, la dame en question m’a envoyé un mail pour me demander de supprimer mon article. Elle trouvait que je lui manquais de respect en parlant de son âge et que les mots (positifs) que j’avais choisis pour décrire ses œuvres ne correspondaient pas à ce qu’elle avait voulu exprimer. Après un échange de mail houleux où je lui ai rappelé avec respect le droit à la liberté d’expression, elle a fini par admettre que j’avais le droit de choisir les mots que je voulais mais que par respect pour son avenir artistique je devais tout de même supprimer mon post, ce que j’ai refusé. Autre exemple, il y a quelques semaines, j’ai été contacté pour parler d’une artiste qui sortait un nouveau clip. Après avoir échangé avec la maison de disques de la chanteuse, je réponds que j’écrirai un post en novembre car je n’ai pas le temps de le faire pour le moment. À ce moment-là, mon interlocutrice me demande si je peux l’écrire plus tôt afin de faire plus de buzz autour du clip. Ayant déjà travaillé de nombreuses fois avec cette personne, j’accepte. Je me documente, j’écoute le morceau, regarde le clip et j’écris. Une fois l’article sorti, je le partage et à peine quelques secondes plus tard, je reçois un message pour me demander de modifier le titre de mon article. Lorsque je demande la raison, la personne me répond que ce titre est nuisible à l’artiste sur laquelle j’écris. Je lui réponds que le mot utilisé dans ce titre est lui-même utilisé par la chanteuse dans sa biographie et que c’était un clin d’œil à ses propos, ce à quoi la personne me répond : "Oui mais si on ne lit pas ton article, on pourrait penser que tu écris quelque chose de négatif". Sur le coup, je trouve ça un peu osé, mais je décide néanmoins de supprimer le mot de mon titre.

Blogueur: petit maillon d'un grand business 

Après réflexion, je pense que je n’aurai pas dû le faire. Premièrement l’article en question était très élogieux et deuxièmement la personne qui m’a contacté se devait, selon moi, de respecter ce que j’avais écrit, et ce, plus encore que la septuagénaire qui elle, n’avait pas demandé que j’écrive un article à son sujet. Des exemples de ce genre, il y en a d’autres, mais heureusement, il n’en existe pas beaucoup. La plupart du temps, les gens sont heureux d’avoir un article qui leur est consacré et la plupart des gens respectent la liberté d’expression. Malheureusement, il existe des hypocrites qui aimeraient être mis en avant mais uniquement de manière positive ou avec les termes qu’ils ont choisis. Certes, si l’article est positif il y a plus de chances qu’il soit partagé par l’artiste et qu’il soit lu par un plus grand nombre. Personnellement, à  part des « vues » sur le blog,  je n’ai rien à gagner à écrire tel ou tel article. Il n’y a pas de publicité sur le blog et donc je ne gagne pas d’argent. Je pourrais le faire, mais par choix, pour le moment j’ai décidé de ne pas le faire. J’ai également décidé d’être honnête et de ne pas m’asseoir sur mon éthique pour croître en notoriété. Quand on est blogueur, influençeurs, ce n’est pas nous qui avons le plus à gagner. Au final, nous ne sommes que les maillons d’une chaîne. On est quelque part utilisé pour mettre en avant tel artiste, telle marque, tel produit. On est toujours content d’être contacté, de voir que l’on s’intéresse à nous et je ne crache pas dans la soupe en écrivant cet article. Pourtant, les personnes qui nous contactent, qui mettent en avant une activité artistique doivent se soumettre à la critique et accepter que tout le monde ne va pas vendre ou choisir de vendre les mérites de leur produit selon leurs propres termes. La liberté d’expression c’est également la pluralité des avis et il y a malheureusement beaucoup de personnes qui semblent ne pas en avoir conscience.

Sur ce, je remercie tous ceux qui auront lu ce long poste jusqu’au bout. N’hésitez pas à me donner votre avis et à bientôt pour un nouveau post #blogging !

Commentaires

Nombre total de pages vues