#ITW : La Pietà - l'interview découverte

Le visage masqué, la plume aiguisée La Pietà entretient le mystère depuis quelques années grâce à un univers éclectique qui mêle des sonorités hip-hop à du rock, du slam ou encore du rap. Gagnant en notoriété à mesure qu’elle dévoile ses chapitres musicaux, elle reste néanmoins une artiste entière qui conserve l’objectif de s’épanouir sur un projet sincère réalisé en dehors des sentiers communs. La genèse du projet, son parcours, sa musique, elle se confie aujourd’hui dans un entretien exclusif sur The Melting POP.   

La Pietà - Interview

Salut, La Pietà peux-tu faire le point sur ton parcours ?

Alors moi c’est la Pietà, j’ai commencé la musique il y a une quinzaine d’années. J’ai travaillé sur plusieurs projets notamment en indé, en groupe, en solo et puis un jour j’ai décidé de tout arrêter. Ce milieu m’avait déçu et je voulais uniquement le faire pour moi, par passion. J’ai commencé à écrire et à composer chez moi, je me suis enfermée dans une sorte de laboratoire créatif. Ça m’a permis d’essayer et de tenter plein de choses et c’est de ce processus qu’est née La Pietà. 

Comme tu viens de le dire, tu avais décidé d’arrêter la musique. Qu’est-ce qui ta poussé à revenir avec ce nouveau projet ?

Au départ, j’écrivais et je composais sans appréhension. La musique ce n’était plus mon métier, c’était un "à côté", je créais quand j’en ressentais le besoin. Et puis au fur à mesure, j’ai commencé à accumuler les morceaux et j’ai décidé de les faire écouter à un ami qui longuement insisté pour que j’en fasse quelque chose. Il a mis du temps, mais il a fini par me convaincre. À vrai dire, La Pietà existe depuis 3 ans, tout a commencé quand j’ai décidé d’arrêter et rien ne me prédestinait à rendre ce projet public, c’est l’engouement de mon entourage qui a fini de mon convaincre. 

Qu’est-ce qui se cache derrière le projet La Pietà ?

Quand j’ai décidé d’arrêter la musique, j’ai commencé à écrire un roman inspiré de mes expériences passées. J’ai toujours aimé les mots, la musique, le dessin et c’est pour cette raison que j’ai voulu retirer toutes les barrières pour mettre en œuvre un projet pluridisciplinaire. La Pietà, c’est un seul et unique projet, c’est mon point de vue d’artiste sur le monde, exprimé sur différents supports. C’est aussi ma vision du monde de la musique actuelle, ma réponse aux expériences que j’ai vécues par le passé. C’est la raison pour laquelle je considère ma musique actuelle comme des chapitres. Ceux-ci font référence à ce roman qui sortira prochainement. 


"J’aime parler des choses qui dérangent, de ces choses que l’on n’ose pas forcément s’avouer"


Quelle est la limite entre le roman et ton expérience personnelle ?

La Pietà, c’est un personnage. Je porte un masque sur scène, je joue un rôle. À travers ma musique, à travers ce roman, je peux faire ce que je veux. La Pietà c’est une part de moi. Il y aura des éléments de mon passé dans le roman, mais je vais jouer avec les codes, créer une histoire et la romancer, pour parler au plus de gens possible, de la même manière que je peux le faire avec ma musique. 

La Pietà, c’est une référence à Michel-Ange ?

Effectivement. Durant mes études d’arts plastiques, je dessinais énormément et j’avais également ce lien avec l’Italie, avec leurs coutumes, leur culture. Quand j’ai dû choisir un nom pour ce projet, je me suis souvenue que La Pietà revenait souvent dans mes dessins. J’ai toujours eu une affection particulière pour cette sculpture. Au départ, je ne savais pas trop pourquoi. Et puis avec le recul, je me suis rendu compte qu’elle représentait beaucoup de choses pour moi en tant que femme. La Pietà, c’est le rapport de la femme à la beauté, à la religion, à l’homme, à la société en général. La Pietà signifie également la mère douloureuse et ça correspond assez bien à ce que j’essaie de retranscrire dans ma musique. 

Justement, tes textes sont très sombres, parfois provocants, avec beaucoup de second degré, qu’est-ce qui t’inspire ?

Ce que je vis en général. Ce qui m’intéresse dans mon travail c’est la traduction des émotions. J’aime parler des choses qui dérangent, de ces choses que l’on n’ose pas forcément s’avouer et c’est peut-être ce qui donne ce côté provoc’ à ma musique. Cependant, ce n’est pas de la provocation, j’ai simplement envie d’aller au bout des choses, de parler de mes démons, de la colère, de la dépression, de la violence, de la mienne et de celle des autres, d’exprimer ces sujets qu’on a peur d’aborder. 



Comment tu définirais ton univers ?

Comme je disais précédemment, j’ai voulu retirer les barrières. Quand j’ai commencé ce laboratoire créatif, seule dans ma chambre, j’ai voulu me défaire des limites qu’on m’avait fixé quand j’étais en maison de disques. Avec La Pietà, j’ai tenté de trouver ma réelle identité. Ce qui m’a aidé, c’est qu’à l’époque, je pensais que ce projet ne sortirait jamais de ma chambre. Aujourd’hui, c’est difficile de définir mon univers, je viens d’un milieu plutôt rock mais j’ai fini par me laisser de cet univers pour me diriger vers de la grosse POP américaine, puis vers des artistes comme Stromae qui ont réussi à jouer avec l’électro, cependant personnellement j’avais besoin qu’il y ait un côté punk dans un musique quelque chose d’un peu WTF. Durant mes expérimentations, j’ai essayé de mêler de l’électro à de la guitare noise, tout en conservant le texte en français. Aujourd’hui, certains y voit du rock, de l’électro, du slam, mais moi je pense que je ne vais pas essayer de définir. (rires) 

C’est quoi la suite pour La Pietà ?

On vient récemment de sortir les chapitres 3 et 4 sous forme d’un EP de six titres**. Avec mes musiciens, on va aller le défendre sur scène et en parallèle, je prépare l’album. Pour le moment, je suis en plein phase de composition et d’écriture, ensuite je rejoindrai les musiciens et j’espère le sortir en fin d’année 2018 début 2019. Tout en continuant à parcourir les routes comme je le fais actuellement. (rires)


**EP paru le 24 novembre 2017 et disponibles sur les plateformes de streaming et de téléchargements légales 

Commentaires

Nombre total de pages vues