#Critique : Mai Lan nous guide au sommet de son art sur "Autopilote"

Le 19 janvier dernier Mai Lan a sorti son deuxième album. Intitulé "Autopilote" celui-ci avait déjà été promu par deux singles prometteurs à savoir "Vampire" et "Blaze Up" qu’on vous avait d’ailleurs fait découvrir sur le blog. Riche de 13 pistes, ce deuxième album fait suite à un premier album éponyme paru en 2012 et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il inscrit la chanteuse sur la liste des artistes les plus authentiques de la scène POP francophone et honnêtement ça fait du bien. Découvrez la critique. 

Mai Lan - Autopilote - Critique

Décadent, POP et irrésistible voici trois adjectifs bien choisis pour décrire le style Mai Lan. Issue d’une famille d’artistes, la jeune femme a la musique et le rythme dans la peau. Déjà en 2012, lorsqu’elle a présenté son premier album, elle avait réussi à mettre tout le monde d’accord grâce à un univers pétillant et malicieux. Porté par le titre "Easy" son premier album avait ravi la critique tout en lui offrant une exposition qui la mènera par la suite à collaborer avec M83 sur quelques titres de l’album "Junk". Parmi ces collaborations on notera notamment l’excellent "GO !" qui a même eu droit à une promotion sur le territoire américain. Douce mais incisive Mai Lan séduit grâce à une voix singulière et des mélodies dynamiques et sur son deuxième album paru il y a quelques semaines, l’artiste prend un nouvel élan, qui pourrait bien la faire décoller. 

Amorcé en 2016 avec les singles "Haze" et "Technique", ce nouvel élan a véritablement trouvé son envol sur « Vampire » un single décalé et mordant qui a permis à Mai Lan de s’avancer sur des sonorités plus électroniques. Accompagnée à l’écriture d’Anthony Gonzales son acolyte de M83, l’artiste se veut féroce et sur une grande partie de ce nouvel album on retrouve cette dynamique de guerrière qui lui colle à la peau. De "Vampire" en passant par "Blaze Up" ou encore "Pumper", Mai Lan aligne les tubes en puissance mais prouve qu’elle n’a rien perdu de la douceur de ses débuts grâce à des ballades douces et puissantes qui résonnent et prennent tout leur sens grâce à l’utilisation de la langue française. Donnant un second visage au projet, la langue de Molière nous permet de découvrir une nouvelle facette de l’artiste. Plus vulnérable, elle endosse ainsi un autre costume sur "Autopilote" ou encore "Pas d’amour", deux pistes qui rappellent son premier album. Quoi qu’il en soit, l’artiste frappe fort et offre un album qui bouge. En effet, impossible de ne pas se laisser emporter la fougue délirante d’une artiste qui détourne les codes de la POP, du rap voire même parfois de la musique asiatique pour en faire, un projet homogène et efficace. 

En résumé, à l’écoute d’ "Autopilote" on voyage avec Mai Lan dans un univers unique et contemporain. Inclassable l’opus nous dévoile une artiste aussi renversante que sensible et c’est peut-être ça la recette d’un album réussi. 

Commentaires

Nombre total de pages vues