#Critique : James Bay change de peau sur "Electric Light"


Révélation de la scène rock anglaise en 2015, James Bay a fait grande impression avec son premier album "Chaos and the Calm". Ponctué de ballades bouleversantes ("Scars", "Move Together") et de morceaux plus puissants ("Best Fake Smile", "Collide" ) l’opus a séduit plus de 500.000 amateurs en 2015 rien qu’en Angleterre. Au-devant de ce succès phénoménal, le chanteur au chapeau était très attendu, et en ce mois de mai 2018, il revient sur le devant de la scène avec "Electric Light" un second opus bien différent du premier. The Melting POP l’a déjà écouté pour vous et voici la critique.


James Bay - "Electric Light"
James Bay - "Electric Light"

Nouvel album, nouveau son 

En devenant le huitième meilleur vendeur d’album de l’année 2015 en Angleterre devant Codplay et Georges Ezra, une chose est sûre, James Bay a brillamment réussi son entrée sur la scène musicale. Jonglant entre rock et folk, plusieurs de ses morceaux sont devenus des tubes dans son pays ("Hold Back the River", "Let It Go") et le chanteur a pu, durant plus de deux ans, parcourir le monde pour faire découvrir son univers et ses mélodies. Désormais désireux d’avancer afin de ne pas s’enfermer dans un style et surtout pour ne pas s’ennuyer de son art, il revient avec "Electric Light", un second album qui porte bien son nom. En effet, sur ce nouvel opus, James a laissé de son côté les sonorités acoustiques de ses débuts pour se diriger vers un son beaucoup plus électrique et par conséquent beaucoup plus produit. De prime abord déroutant, le virage artistique emprunté par l’artiste a laissé de nombreux fans perplexes, et pour l’heure aucun des morceaux proposés ne semble avoir charmé les foules. Pourtant, lorsque l'on se penche attentivement sur l’album et lorsque l’oreille se fait à ce son plus synthétique, on retrouve dans la proposition de l’artiste le charme qui nous avait séduits autrefois. Ainsi, si l’opus manque parfois un peu de fraîcheur, la faute à des effets sonores qui peuvent parfois dénaturer la voix délicate de James ("Wild  Love", "Pink Lemonade", "Stand Up"), l’énergie est bel et bien là et sur des titres tels que "In My Head" ou encore "Just For Tonight" on retrouve cette touche saisissante qui résonnait déjà sur la majeure partie du précédent projet.

Le revers de la médaille

Inspiré dans sa mue sonore par les artistes qui ont bercé son adolescence, (Michael Jackson, Prince, David Bowie, …) James Bay tente à son tour de jouer les caméléons. On sent en effet sur "Electric Light" l’envie et le besoin de se renouveler et d’évoluer mais les qualités du premier album étaient telles que l’artiste se retrouve pris à son propre piège, et là où on l’apprécie le plus, c’est quand il retrouve sa première nature, comme sur les titres  "US" et "I Found You" qui auraient très bien pu s’intégrer sur la tracklist du premier album. Handicapé par le succès de "Chaos and The Calm" James Bay fait face sur "Electric Light" aux difficultés de s’émanciper à la suite d’un succès public et critique. Malgré tout,  lorsqu’on tente à notre tour de s’éloigner du souvenir du premier projet, force est de constater que l’artiste revient avec un album de qualité. Ainsi, si les effets de voix un peu brouillons qui parcourent certaines pistes sont rarement nécessaires, l’ensemble du projet tient la route et le plaisir qu’il procure à l’écoute reste authentique. Un conseil, si les premiers singles vous ont déstabilisé, offrez sa chance au projet en commençant la lecture après l’interlude, vous serez ainsi prêt à le savourer pleinement. 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues