#Critique : j’ai vu pour vous "Désobéissance" de Sebastiàn Lelio


Deux "Rachel" pour le prix d’une (ou presque), telle est l’affiche de "Désobéissance" le nouveau film de Sébastiàn Lelio. Connu pour avoir réalisé l’excellent "Une Femme Fantastique", le réalisateur Chilien réunit ici Rachel Weisz et Rachel McAdams dans une romance dramatique sur fond de religion. The Melting POP l’a vu pour vous, voici la critique.

Rachel Weisz et Rachel McAdams héroïnes puissantes de "Désobéissance"
Rachel Weisz et Rachel McAdams héroïnes puissantes de "Désobéissance

Le pitch

De retour en Angleterre, après la mort de son père, un célèbre Rabin, Ronit (Rachel Weisz) retrouve Esnit (Rachel McAdams) son amie d’enfance et amour d’adolescence. Ayant toutes deux suivi des chemins différents, les deux femmes vont devoir faire face à leurs sentiments, et dans leur petite communauté juive orthodoxe, leur idylle est loin d’être la bienvenue.

Un film simple et efficace

Il y a un peu plus d’un an, Sebastiàn Lelio illuminait le 7e art avec "Une Femme Fantastique" un long-métrage brillant couronné meilleur film étranger lors de la 90e cérémonie des Oscars. Porté par ce joli succès qui mettait en lumière les problèmes rencontrés par la communauté transgenre, le réalisateur s’attaque aujourd’hui à l’homosexualité féminine en communauté religieuse. Souvent mis en opposition au cinéma, l’homosexualité et la religion, sont ici abordées en plongeant le spectateur au cœur d’une communauté juive orthodoxe. Dans ce microcosme, les deux héroïnes incarnent des personnages forts et charismatiques qui doivent faire face, en dépit de leurs sentiments, aux problèmes communs que posent un amour de même sexe (jugement, perspective d’avenir, réputation, …). Ainsi, si Rachel Weisz (vue dans l'excellent "The Lobster") transperce l’écran dès les premières minutes du film, Rachel McAdams met plus de temps à dévoiler la profondeur de son personnage. Pourtant, lorsque les deux actrices sont réunies, leur relation est telle une chrysalide qui subjugue de par sa beauté. Touche de lumière au milieu d’un film sombre, la synergie du duo de Rachel est probablement l’atout principal de ce long-métrage. Sans être surprenant, "Désobéissance" est un film qui se suffit à lui-même. En effet, bien que le réalisateur soit ici bien loin de son précédent chef-d’œuvre, l’ensemble tient la route. Porté par un duo d’actrices de talents et par des personnages profonds et bien construit, le film réussit, sans jamais tomber dans la facilité ou dans la surenchère, à mettre en exergue le poids de la confession religieuse. Les répercussions du culte sur une famille, la difficulté de vouloir en sortir, la foi répond à des codes qui sont encore et toujours dangereux et hermétiques et c’est bien là tout l’intérêt du film. 

Habile, Lelio prouve une nouvelle fois qu’il réussit toujours à maîtriser les sujets qu’il aborde. Simple et efficace, "Désobéissance" est un film qui mérite d’être vu, tant pour les thèmes qu’il traite que pour ses actrices justes et sans chichis. Sorti le 27 avril aux États-Unis, le film est arrivé en France et en Belgique le 13 juin dernier. À bon entendeur.

Commentaires

Nombre total de pages vues