lundi 18 mai 2015

Zoom sur Woodkid.



Souvenez-vous l’an dernier, je vous faisais découvrir mon artiste féminine préférée en la personne de Natalia Kills. Après de nombreuses semaines de réflexion, je me suis enfin décidé à prendre le clavier pour vous parler de l’artiste musical masculin qui remporte tous mes suffrages, Yoann Lemoine.

Plus connu sous le pseudonyme de Woodkid, Yoann Lemoine est un artiste français multitâche. Âgé de 32 ans, Woodkid ne se contente pas seulement d’être chanteur. Il est aussi auteur et compositeur. Si la liste de ses expériences professionnelles aurait pu s’arrêter là, il n’en est rien puisqu’il faut également ajouter à cela, le fait qu’il soit musicien (logique), réalisateur et graphiste. 



Évidemment, si je vous parle de lui aujourd’hui, c’est pour évoquer son parcours dans l’industrie musicale, et celui-ci commence par la réalisation. En effet, depuis 2008, le jeune homme se fait régulièrement remarquer en réalisant des vidéo-clips. 

Ainsi, doté d’un talent certain et d’un sens de l’image hors pair, l’artiste à travailler pour les plus grands. De la Française Nolwenn Leroy, en passant par les popstars Katy Perry et Taylor Swift sur leurs titres « Teenage Dream » et « Back to December ». Cependant, ses œuvres les plus émérites ont été accomplies pour l’envoutante Lana Del Rey en 2011 et 2012 pour « Born To Die » et « Blue Jeans ». 



Non content, d’avoir réussi à séduire des artistes planétaires, ainsi que les cérémonies de récompenses du monde entier avec son travail, Woodkid a décidé en 2011 de lancer sa carrière musicale. 

Annoncé fin 2011, son premier album « The Golden Age » est paru le 18 mars 2013. Promu par de nombreux singles, le disque a réussi à séduire la France avec plus de 150.000 ventes, mais également quelque 60.000 autres curieux venus d’Allemagne, des USA, de Belgique, d’Angleterre, des Pays-Bas et j’en passe. 



Tragique, mouvementé et percutant « The Golden Age » se veut sombre, mais fort. Aidé par des instruments puissants (batteries, cuivres…) qui offrent au disque une rare intensité, le disque navigue sans difficulté entre les genres (pop, électro, baroque…) pour un résultat intemporel. 

Et comme si tout ça, ne suffisait pas, le vidéaste réussi à donner à son album des couleurs et une ligne directrice précise lui permettent de trouver aux rythmes des titres une frénésie mélancolique que l’on retrouve dans les textes qui semblent tous être reliés les uns avec les autres. 



Perfectionniste dans l’âme, Yoann Lemoine pousse son ambition à son paroxysme dans des vidéos soignées et efficaces qui placent le spectateur à l’épicentre d’un monde rocambolesque et nostalgique.
Malgré un succès certain - et sans compter un titre sur la bande originale du film « Divergente II » - l’artiste à décidé à la fin de l’exploitation de son opus en juillet 2014 de faire un break musical, et ce, dans l’optique de ce consacrer à d’autres projets (jeux vidéos, film, réalisation…). 

Grandiloquent, mais happé par une certaine forme de tristesse, l’univers créer par Woodkid est pour moi, l’un des plus accompli de ces dernières années.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire