dimanche 13 mars 2016

Du Blonde : décadente, déjantée et rock’n’roll

Après quelques semaines d’absence, la rubrique "découverte" est de retour sur le blog. Pour ce nouveau numéro, zoom sur Du Blonde une artiste que j’écoute depuis de nombreux mois, mais que je n’avais pas encore eu le temps de vous présenter.



Atypique et mouvementé tels sont les deux adjectifs qui correspondent le mieux au début de carrière de Beth Jeans Houghton alias Du Blonde. Pour cause, alors qu’elle n’a que 16 ans, cette jeune anglaise originaire de New Castle décide d’arrêter les cours pour se lancer dans la musique. Armée d’une guitare électrique, d’une bonne dose d’audace et d’un talent certain, l’adolescente commence très vite à écumer les scènes, ce qui lui permettra de se faire remarquer par un label indépendant et de sortir en 2008 et 2009, deux EP pop-folk acclamés par la presse anglaise. Un peu moins de deux ans plus tard, l’artiste se lance dans une nouvelle aventure, un groupe. Ainsi, entourée de cinq musiciens rencontrés sur la scène indépendante de New Castle, elle donne naissance à la formation « Beth Jeans Houghton and the Hooves of Destiny ». Parrainée par Ben Hillier - à qui l’on doit les plus grands succès de Depeche Mode ou encore Blür – la petite bande s’enferme en studio pendant près de deux ans.

Ce n’est donc qu’en février 2012, que Beth Jeans Houghton fait son retour sur le devant de la scène avec son premier opus « Yours Truly, Cellophane Nose ». Plus élaboré et plus mature que les précédentes productions de la demoiselle, l’album qui jongle entre folk et rock 60’s se paiera alors le luxe d’être encensé par la presse spécialisée. Il faut dire qu’il est difficile de résister à la voix aérienne de Beth et à ses mélodies fantaisistes incroyablement maitrisées. Il suffit d’écouter les titres « Atlas » ou encore « The Barely Skinny Bone Tree » pour se rendre compte de la finesse et de la singularité de ce projet paru sur le label indie Mute.



Riche de nombreuses critiques positives et d’une tournée réussie à travers l’Europe durant l’été 2012, l’avenir de Beth et sa bande semblait tout tracé. Hélas, dès le début de l’enregistrement du second album, à la fin de la même année, le bateau coule. La raison de ce naufrage ? Une dépression nerveuse dû à la pression des producteurs sur le travail de la chanteuse. Exaspérée par les exigences de son équipe qui étouffent sa créativité artistique et désireuse de proposer un travail honnête, Beth Jeans Houghton abandonne l’enregistrement du second album et se retire de la scène médiatique.

Durant cette pause qui durera plus de deux ans, l’artiste prend le temps de faire le point afin de remettre de l’ordre dans sa vie. Méditation, psychiatrie, Beth décide de revoir ses priorités pour préserver son corps et sa santé. Dans une interview parue en mai 2015 sur The Guardian, elle déclare : « Je me suis senti partir, je ne sais pas comment j’ai fait pour m’en sortir ».

La renaissance ... 

Une fois remise de son blackout, l’Anglaise fidèle à elle-même se remet à écrire et à composer. Libérée, selon ses dires, musicalement et spirituellement, l’artiste décide de changer de nom pour devenir « Du Blonde ». A ce sujet elle déclarait en février 2015 « Du Blonde est une nouvelle incarnation, une nouvelle étape … Je suis désormais prête à assumer mon moi ultime ».  Ce « moi ultime » que cite l’artiste semble d’ailleurs déployer ses ailes sur son 2e album « Welcome Back to Milk » paru en mai dernier.

Plus rock’n’roll, voir punk, ce deuxième opus reprend les codes du premier une voix singulière et des mélodies accrocheuses. Cependant, le projet se veut plus féroce et plus sombre que son prédécesseur. En effet, la plume de l’artiste semble ici s’être directement inspirée de son propre vécu. Dans les textes on présume tantôt sa relation avec Anthony Kiedis (le leader des Red Hot Chilli Pepper) qui lui a valu de faire la Une de la presse people américaine en 2011, tantôt ses déboires artistiques.

Plus mature encore que sur « Yours Truly, Cellophane Nose » Du Blonde jongle sur son deuxième album entre rock décadent et ballades déchirantes, une véritable réussite à découvrir sans plus tarder ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire