mardi 1 novembre 2016

#ITW : Invigo – EP « Artificial Love »

Souvenez-vous, il y a quelques mois, au détour d’une de nos Récap’POP, on vous présentait Invigo et son univers cosmique au travers de son EP « Outa Space ». Dans cette chronique, nous évoquions, la préparation d’un nouveau court  intitulé « Artificial Love ». À l’occasion de la parution de ce petit bijou dévoilé la semaine dernière, nous vous proposons un entretien exclusif avec l’artiste. Son parcours, ses ambitions, ses projets et bien entendu son EP qu’on vous conseille vivement d’écouter en boucle, Invigo s’est confié à The Melting POP. Entretien avec un jeune artiste prometteur dont on n’a pas fini d’entendre parler ! 



Salut Invigo, peux-tu te présenter et faire un peu le point sur ton parcours pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Salut, je suis musicien et producteur, j’ai sorti mon premier EP « Outa Space » il y a quelque mois. En parallèle, je fais de la musique de film. Avant ça je faisais un peu de cinéma et de théâtre. Concernant mon parcours musical, je fais de la musique depuis tout petit. J’ai d’abord reçu une formation de violoniste classique, puis je me suis mis au piano et à la guitare.

Qu'est-ce qui t’a donné envie de faire de la musique ? 

Les mixtapes des années 80 de mon père, qu’on écoutait gamin dans la voiture, c’était une institution quand on partait en vacances; mélange de Giorgio Moroder, les Beatles, Simon & Garfunkel et plein d’autres trucs. C’est là que j’ai commencé à associer la musique et le voyage.

Tu sors ton nouvel EP Artificial Love, tu peux nous en dire plus sur le projet ?

"Artificial Love", c’est la suite d’une odyssée spatiale entamée avec « Outa Space ». Ca parle d’amour, avec un peu de second degré, un peu de poésie et un visuel pop 80’s. On voyage dans l’espace d’une planète à l’autre en recherchant l’amour. L’EP mélange une electro un peu « grave » avec des morceaux comme "Hope" ou "Blueness" et une pop plus chill ou énergique avec « Afternoon on the Moon » ou « Missing Girl ».



« Chaque morceau est un nouveau challenge »

Ton imaginaire est très centré sur l’espace, quelles sont tes principales inspirations ?

J’adore la science-fiction des années 80,  Star Wars, E.T, Flash Gordon ou encore Tron. Niveau musique des albums comme "Ziggy Stardust" de Bowie, "Dream" on de George Duke, "Dark Side of the Moon" des Pink Floyd ou encore "Moon Safari" de Air.

Sur le nouvel EP tu switches entre pistes ultra-vocales et d’autres plus organiques (Hope) avec des samples, des ambiances, tu peux nous expliquer ce qui t’inspire quand tu te lances dans une compo? 

Quand tu fais du son, tu es inspiré par ce que tu écoutes. J’adore les 70’s et 80’s, mais j’écoute aussi beaucoup d’artistes contemporains, d’où le mélange de styles dans l’EP. Après n’importe quoi peut m’inspirer; un son, une harmonie, une émotion. J’aborde chaque morceau comme un nouveau challenge artistique et technique, une envie de repousser mes limites en matière de production et de composition.

Ton univers est très moderne, pourtant c’est bourré de sonorités rétros, comment tu définirais ta musique ?  

Je dirai que c’est un mélange de : pop, electro, groove, french touch, funk, feel good.

Ton premier EP a reçu de super bonnes critiques qu’est-ce que ça fait et comment tu te sens à l’aube de la sortie du 2e ? 

Les bonnes critiques c’est motivant! tu te dis que t’as pas travaillé pour rien, que ça valait le coup de faire une croix sur ta vie sociale pendant 6 mois, 1 an ! À l’aube de la sortie, c’est un mélange de joie et d’anxiété. Chaque projet artistique c’est ton bébé, tu es super content qu’il soit né, et en même temps tu as peur de ce qui peut lui arriver.

Le LP, des dates de concerts (un passage en Belgique) c’est pour bientôt ? 

Il y a des dates qui arrivent essentiellement sur Paris pour le moment, et la Belgique, ça serait avec plaisir, peut-être l’été prochain ? En ce moment je travaille sur des clips, et je vais organiser un crowdfunfing pour le LP, que j’aimerai sortir au printemps! Dans un autre registre, je compose la musique de « Coma », un film de Déborah Gutmann et Nicolas Catz, c’est un beau projet !   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire