vendredi 21 octobre 2016

#Critique : Lady Gaga surprenante sur "Joanne"


Enfin ! Après plus de deux ans d’absence, Lady Gaga est de retour et la chanteuse semble bien décidée à surprendre une nouvelle fois son public. Après le déstabilisant « ArtPOP » ou encore « Cheek To Cheek » son album de jazz aux cotés de Tony Bennett, Lady Gaga propose « Joanne » son 5e album. Sur ce nouvel opus, oublié la POP mainstream de ses débuts, Lady Gaga explore désormais de nouveaux horizons. Critique !



Vous vous souvenez l’époque où vous fredonniez à tue-tête « Bad Romance », « Téléphone » ou encore « Poker Face » ? Cette époque ou Lady Gaga semblait détenir la recette miracle du succès, celle où elle ameutait les foules grâce à des titres POP taillés pour faire trembler les charts ? Si tel le cas, l’heure est désormais à la nostalgie. Pour cause, Lady Gaga la POPstar n’est plus. Depuis la fin de la tournée « ArtPOP » la star a jeté aux oubliettes ses artifices pour se recentrer sur l’essentiel, son talent. Ainsi, outre son rôle de Comtesse cannibale dans la 5e saison d’ « American Horror Story », on a pu la retrouver sur des projets engagés qui ont, un à un mis au centre du débat l’immensité de ses capacités artistiques, tout en réhabilitant pas à pas, son image publique qui avait été salie par un bon nombre de frasques et de dérapages. Forte de cette renaissance médiatique, l’interprète de « Born This Way » était repartie en studio afin de travailler sur un nouvel album. Si les premiers échos annonçaient le retour de la star avec un album résolument POP qui résonnerait comme un retour aux sources, il n’en est rien. En effet, à l’écoute de « Joanne », force est de constater que l’univers exploré par l’artiste n’a aucun point commun avec la musique de ses débuts. De fait, sur ce nouvel opus, la star opère un nouveau virage artistique qui, et c’est le moins que l’on puisse dire s’avère aussi savoureux qu’inattendu.

« Joanne » une prise de risque qui fait du bien aux oreilles

Onze titres, c’est ce que propose Lady Gaga sur la version simple de « Joanne », un petit album en somme dont la promotion a commencé en septembre avec le rock'n'roll, mais un brin répétitif « Perfect Illusion ». Si le titre n’a pas véritablement d’équivalent sur l’album, il laissait néanmoins présager la direction musicale qu’allait entreprendre l’artiste. Ainsi, les sonorités rock et primitives du lead-single sont de retour sur « Diamond Heart » une piste d’entrée entraînante, mais également sur « John Wayne » ou encore le tubesque « A-YO » qui se révèle être aussi addictif qu’endiablé. Outre ses pistes sauvages sur lesquelles la voix brute de l’artiste résonne comme un cri de guerre, on la retrouve également touchante sur les prenants « Million Reasons » et « Angel Down » qui feront chavirer le cœur des amateurs de mélodies mélancoliques. En parlant de mélodies, la star a sur « Joanne » laissé de côté les productions manichéennes, pour faire plus de place à la musicalité. Sur ce point, elle ne se contente pas uniquement de revenir aux bonnes vieilles instrus acoustiques, elle va plus loin en explorant piste après piste des univers rétro parfois risqués, mais toujours subtilement maîtrisés. Ainsi, le fil rouge de « Joanne » résonne très 60’s avec du rock, on la déjà évoqué, mais aussi des sonorités jazzy et burlesques « Come To Mama » et quelques touches country (« Joanne », « Sinner’s Prayer ») qui teintent l’opus d’une aura chaude et captivante. Vu le succès rencontré par le genre aux États-Unis on en entend déjà certains crié à la récupération commerciale, mais une fois l’écoute de l’album terminée l’évolution de l’artiste paraît aussi logique que sincère. Pour la première fois, on a l’impression de savoir qui réellement Lady Gaga. Sans être une mise à nue, « Joanne » lève finement le voile sur l’artiste. Une artiste qui semble s’être amusée sur cet album. Le dansant « Dancin’ In Circles » ou encore son duo glamour avec Florence Welch sur « Hey Girl » en sont la preuve formelle. Mieux encore la Mother Monster semble aussi s’être libérée de la pression que lui infligeait son propre personnage.


Il y a quelques semaines, nous nous interrogions sur le fait de savoir si l’artiste réussirait à reconquérir son public, aujourd’hui, la question ne se pose plus. Aussi sincère qu’harmonieux, « Joanne » est aussi une folle prise de risque. Premièrement, car il dénote totalement avec l’étiquette mainstream qui lui colle à la peau. Deuxièmement, car il risque de déstabiliser encore un peu plus les fans de la première heure, ceux qui scandaient son nom et s’extasiaient à chacune de ses apparitions. Troisièmement, parce qu’elle a aura du mal à toucher un nouveau public, un public frileux à l’idée d’écouter celle qui a autrefois monopolisé les ondes radios. Ici, Lady Gaga n’atteindra pas les scores faramineux de l’ère « The Fame », elle le sait très bien. Le but de ce nouvel opus n’est pas de truster le haut des classements, loin de là. Avec « Joanne », l’artiste continue sa mue plus sobre, plus honnête, plus musicale et la reconnaissance artistique que devrait lui allouer ce joli projet, sera probablement, pour elle, l’une de ses plus grandes réussites. 


2 commentaires:

  1. Vivement que je puisses l'écouter au complet. Voilà encore une raison de plus de courir l'acheter ! Heureusement que le Melting Pop est là pour nous éclairer !

    RépondreSupprimer
  2. Vivement que je puisses l'écouter au complet. Voilà encore une raison de plus de courir l'acheter ! Heureusement que le Melting Pop est là pour nous éclairer !

    RépondreSupprimer